Expérimenter le tout démat et déployer Marché Public Simplifié au travers de la participation au programme DcANT

Fruit d’une collaboration entre État et collectivités, le programme de développement concerté de l’administration numérique territoriale (DcANT) a été officiellement lancé le 6 octobre dernier.
Une feuille de route sur deux ans, des axes stratégiques prioritaires, des recommandations concrètes, des problématiques partagées par tous… L’État et les collectivités s’engagent ensemble dans ce programme, fruit d’une année de concertation conduite au sein d’une instance de gouvernance réunissant les associations d’élus, les collectivités territoriales et les ministères : l’instance nationale partenariale (INP), animée et pilotée par le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP).

Le programme DCANT s’appuie sur quatre principes :

  • Une gouvernance partagée avec les territoires ;
  • Une efficience administrative collective – simplification, “dites-le nous une fois” et modernisation – services publics “as a platform" ;
  • Une relation unifié de l’usager au service public ;
  • Une évaluation systématique, continue et collective des projets d’administration numérique conduits par les ministères et les collectivités.

Et quatre axes :

  • Efficience des relations inter-administratives ;
  • Unification et simplification de la relation des administrations avec leurs usagers ;
  • Simplification et sécurisation de l’administration de la preuve et gestion du patrimoine immatériel ;
  • Développement de l’écosystème numérique des territoires”.

Le GIP MAXIMILIEN a été identifié comme territoire pilote pour réaliser avec ses membres, des expérimentations à partir de 2016 sur différents sujets tels que l’la mise en oeuvre de la réponse électronique obligatoire pour l’ensemble des marchés publics au-delà du seuil de publicité ou l’extension de MPS à toutes les procédures.

La participation du GIP MAXIMILIEN s’inscrit dans les objectifs du GIP (convention constitutive et orientations stratégiques) de faire de la commande publique un levier d’e-administration, de développement économique (accès TPE/PME), d’emploi et de développement durable en Ile-de-France.